ACHAT D’UNE PETITE VOITURE D’OCCASION : LES 10 PIÈGES A EVITER

L’achat d’une petite voiture d’occasion pour le particulier peut cacher de nombreux pièges. Un manque d’expérience lors de l’achat de votre petite citadine peut vous faire connaître quelques erreurs qui vous apporterons bien des tracas lors de l’utilisation future de votre acquisition, que ce soit en praticité, confort ou polyvalence. Si vous voulez être très heureux avec votre occasion sur nos belles routes Drômoises, Ardéchoises et Vauclusiennes voici quelques conseils à appliquer.

ACHAT D’UNE PETITE VOITURE D’OCCASION

1/ Ne jamais effectuer un achat dans la précipitation :

Définir le modèle :

En ne prenant pas le temps de la réflexion, on ne pourra pas définir le type de petite voiture urbaine nécessaire. Avez-vous besoin d’une voiture polyvalente, pratique et facile à garer ? Ou la préférez vous spacieuse, confortable et pratique ?

Définir son usage :

Ville uniquement ou usage mixte, courte distance ou longs trajets définiront sa taille, sa motorisation (essence, diesel, électrique ou hybride) et son équipement.

Etablir son budget :

Avez-vous besoin d’une petite voiture économique mais pratique tout en restant dans des petits budgets à l’achat ?

Particulier ou professionnel pour mon achat ?

Dans l’urgence privilégiez l’achat chez un professionnel. Les occasions ne sont pas meilleures et souvent plus chères mais sont souvent garanties et vous pourrez toujours intenter une action en justice en cas de litige.

Pour un achat chez le particulier :

Prenez le temps d’éplucher les annonces et essayez plusieurs exemplaires du modèle convoité.

Dans les deux cas faites un essai complet des véhicules.

En statique : vérifiez l’état général de la carrosserie, les fuites éventuelles, l’équipement, les portières, les vitres électriques, la climatisation, les bruits à l’arrêt et l’état des feux. Vérifiez les documents administratifs et le carnet d’entretien.

En roulant : embrayage qui patine, boite de vitesse qui craque, freinage déséquilibré, bruits anormaux.

2/ Attention aux prix trop bas :

Un véhicule en deçà de sa cote marché, c’est intéressant mais il faut rester vigilant. Un prix très bas peut cacher un véhicule truffé de défauts, qui a été accidenté voir pire (volé et maquillé). Un vendeur pressé devra présenter des papiers parfaitement en règle et rester cohérent sur l’explication du prix bas.

3/ Respecter le prix du marché :

Même si l’état est exceptionnel, il n’est jamais rentable de payer un véhicule plus que son prix. En cas de vol ou d’accident, vous ne serez pas plus remboursé. Les experts et assurances se basent très souvent sur la cote argus voir la valeur de remplacement. Il est tout à fait possible de trouver une petite voiture de ville avec un petit budget même lorsque c’est une star du marché de l’occasion.

ACHAT D’UNE PETITE VOITURE D’OCCASION

4/ Ne faites jamais confiance à un tiers :

Le vendeur n’est peut être pas le propriétaire du véhicule :

Vérifiez toujours l’identité de la personne en face de vous. Si ce n’est pas le propriétaire demandez une procuration accompagnée d’une pièce d’identité du titulaire de la carte grise.

Le vendeur vend pour un ami ou le propriétaire est à l’étranger :

C’est avec des prétextes de ce genre que des individus mal intentionnés tentent d’écouler des véhicules à l’historique trouble.

5/ Ne versez pas trop vite un acompte :

Cela est très risqué : le versement d’un acompte revient à effectuer une promesse d’achat. Si vous vous rétractez le vendeur aura le droit de le conserver.

Prenez votre temps : ne versez aucune somme tant que vous hésitez sur le véhicule à choisir ou à essayer. Ne rédigez un chèque d’acompte que pour l’auto que vous êtes certain d’acquérir.

6/ Même les petits défauts sont importants :

Les défauts qui paraissent bénins en apparence peuvent cacher de futurs gros frais.

Un volant qui tremble : il peut cacher un équilibrage à refaire ce qui n’est pas grave, mais aussi un choc au niveau du train avant avec de nombreuses pièces à changer ce qui est plus couteux.

Un voyant d’air bag allumé : peut provenir de faux contacts dans la connectique mais aussi cacher de vrais problèmes de module d’airbag coûteux à remplacer.

Sur un diesel : un souci de démarrage à froid peut venir des bougies de chauffe à remplacer mais également d’une pompe à injection à régler ou à remplacer ce qui sera plus cher.

7/ Voiture première main un grand classique :

Les véhicules possèdent maintenant des immatriculations à vie. Pour éviter le piège de la première main vérifiez le certificat de situation administrative de la voiture mentionnant la date de 1ère mise en circulation.

Consultez la carte grise (rubrique B) elle indique la date de 1ère mise en circulation parfois différente de la date d’établissement de la même carte.

8/ Les documents obligatoires et conseillés :

Le carnet d’entretien et les éventuelles factures : il vous permette de voir si le véhicule à subi de grosses réparations.

Le certificat d’immatriculation (ex carte grise) : C’est la carte d’identité du véhicule, il doit être barré et porter la mention ” vendu le “,  précisez aussi l’heure suivie de la signature du vendeur. Pour les cartes grises d’avant 2004, le coin en haut à droite doit être détaché et remis au nouveau propriétaire. Ce coupon détachable permet de circuler un mois.

Le certificat de vente ou de cession : Disponible auprès des administrations (préfectures, mairies et gendarmeries) ou sur le site service-public.fr, cette attestation tient lieu de contrat entre le vendeur et l’acheteur lorsqu’ils sont tous deux particuliers. Elle mentionne les spécificités de la voiture d’occasion vendue, y compris le kilométrage au compteur ainsi que la date de vente. Chaque partie conserve un exemplaire du contrat.

Le certificat de situation administrative : délivré sous quinze jours par la préfecture ce document atteste que le véhicule en vente n’est ni mis en gage ni volé. Il permet aussi de contrôler que son utilisation n’est pas restreinte par un organisme tiers (fisc, société de crédit, immobilisation pour amendes impayées) c’est une sécurité pour l’acheteur.

Le procès verbal de contrôle technique : Que le vendeur soit particulier ou professionnel, le contrôle technique est obligatoire pour les véhicules de quatre ans ou plus. Il doit avoir été effectué dans les six mois précédant la vente afin d’être valide lors de la demande de carte grise.

9/ Paiement d’une petite voiture d’occasion les pièges :

Pour l’achat d’une voiture d’occasion il convient d’ouvrir les yeux jusqu’à la fin de la transaction. S’agissant du paiement, il faut être sur ses gardes lorsque le vendeur du véhicule demande le versement d’un acompte et il est impératif de refuser systématiquement cette éventualité si ce dernier est un particulier.

Paiement d’un acompte par western union : si le vendeur demande un paiement d’acompte par western union sur un compte étranger, il y a fort à parier que vous perdrez votre argent et ne deviendrez jamais le propriétaire du véhicule.

ACHAT D’UNE PETITE VOITURE D’OCCASION

10/ Examinez le véhicule de jour et chez le vendeur :

De jour : afin d’inspecter dans de bonnes conditions la future voiture à acquérir, il est préférable de la découvrir en plein jour. Il est important de se faire une bonne idée de l’état général du véhicule puis d’être tatillon sur les points les plus sensibles.

Chez le vendeur : Vous pourrez ainsi vérifier son adresse, évitez donc les parkings de supermarchés. Au besoin faites vous accompagner, par un ami connaisseur, un ami garagiste ou même un expert qui vous rendra un rapport sous quatre jours. Vous serez ainsi en position de force pour la transaction.

Si l’achat d’une petite voiture d’occasion présente de vrais avantages, il faut faire attention aux pièges dans le cas ou l’on aurait affaire à un vendeur malhonnête ou peu scrupuleux. Il est important d’être attentif lors de l’examen du véhicule et de se fixer des limites avant la visite en décidant à l’avance de refuser l’achat si le véhicule ne remplit pas des conditions non négociables.